02 9 / 2014

Gros bosseur, ce Voltaire. (Source)

Gros bosseur, ce Voltaire. (Source)

09 8 / 2014

«Dans Opérette et Voltaire : les Mémoire d’un cheval-tambour, on suit 20 ans de la vie de Voltaire, un de nos étalons Gypsy, d’après son point de vue. Je suis partie d’un roman que j’ai écrit au cours des dernières années, une synthèse de tout ce que j’ai appris sur les chevaux» (Samuelle Ducrocq-Henry, entrevue donnée à Stéphanie Vallet, «Un spectacle qui célèbre des chevaux», la Presse, 9 août 2014, cahier Petites annonces, p. 3).

«Dans Opérette et Voltaire : les Mémoire d’un cheval-tambour, on suit 20 ans de la vie de Voltaire, un de nos étalons Gypsy, d’après son point de vue. Je suis partie d’un roman que j’ai écrit au cours des dernières années, une synthèse de tout ce que j’ai appris sur les chevaux» (Samuelle Ducrocq-Henry, entrevue donnée à Stéphanie Vallet, «Un spectacle qui célèbre des chevaux», la Presse, 9 août 2014, cahier Petites annonces, p. 3).

(Source: leharas.ca)

Étiquette(s) :

Permalien

01 8 / 2014

Actualité de Voltaire, selon @Lectodome.

Actualité de Voltaire, selon @Lectodome.

Étiquette(s) :

Permalien

29 7 / 2014

Stéphane Zékian, l’Invention des classiques. Le «Siècle de Louis XIV» existe‑t‑il ?, Paris, CNRS Éditions, 2012, 384 p. ISBN : 9782271073396.

Stéphane Zékian, l’Invention des classiques. Le «Siècle de Louis XIV» existe‑t‑il ?, Paris, CNRS Éditions, 2012, 384 p. ISBN : 9782271073396.

Étiquette(s) :

Permalien

27 7 / 2014

Étiquette(s) :

Permalien 1 note

26 5 / 2014

«J’avais écrit déjà une aventure de Bob Morane, “le Diable du Labrador”, qui se déroulait dans ce cadre prestigieux et classique, et je ne voyais pas quelle autre atmosphère pourrait m’offrir le Québec. La vieille formule des “quelques arpents de neige” demeurait tenace.»

[…]

«Québec elle-même, la vieille ville, amorce d’un Nouveau-Monde à l’époque déjà lointaine où personne ne voulait justement de ces “quelques arpents de neige” découverts par Jacques Cartier, Québec au patrimoine imprégné de fierté et de culture française qui lance dans tous les sens ses tentacules de verre et de béton, n’est-elle pas elle aussi un symbole de cette poussée en avant de toute une nation ?»

«Finalement pourtant, sans que je les cherche, les “quelques arpents de neige” s’imposèrent à moi, lors d’un voyage à la Côte Nord.»

Henri Vernes, «Hommage de Henri Vernes au Québec nouveau. L’auteur de Bob Morane à la Manicouagan», le Petit Journal, 4 avril 1965, p. 62.

Pour en savoir plus : Melançon, Benoît, «Enquête sur la réception de Candide (XII). Coordonnée par Stéphanie Géhanne Gavoty et André Magnan», Cahiers Voltaire, 13, 2014, p. 239-242.

22 2 / 2014

Source : Larue, Renan, «Voltaire aurait-il signé le manifeste Les animaux ne sont pas des choses ?», le Devoir (Montréal), 22-23 février 2014, p. B6.

Source : Larue, Renan, «Voltaire aurait-il signé le manifeste Les animaux ne sont pas des choses ?», le Devoir (Montréal), 22-23 février 2014, p. B6.

Étiquette(s) :

Permalien

12 1 / 2014

Source : Bourgault-Côté, Guillaume, «Quelques arpents de neige… et de sables bitumineux», le Devoir, 11-12 janvier 2014, p. B4.
Au début du vingt-troisième chapitre de Candide, «Candide et Martin vont sur les côtes d’Angleterre; ce qu’ils y voient», Candide discute avec Martin sur le pont d’un navire hollandais : «Vous connaissez l’Angleterre; y est-on aussi fou qu’en France ? — C’est une autre espèce de folie, dit Martin. Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut.»

Source : Bourgault-Côté, Guillaume, «Quelques arpents de neige… et de sables bitumineux», le Devoir, 11-12 janvier 2014, p. B4.

Au début du vingt-troisième chapitre de Candide, «Candide et Martin vont sur les côtes d’Angleterre; ce qu’ils y voient», Candide discute avec Martin sur le pont d’un navire hollandais : «Vous connaissez l’Angleterre; y est-on aussi fou qu’en France ? — C’est une autre espèce de folie, dit Martin. Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut.»

11 12 / 2013

Source : Robichaud, David et Patrick Turmel, la Juste Part. Repenser les inégalités, la richesse et la fabrication des grille-pains, Montréal, Atelier 10, coll. «Documents», 1, 2012, 97 p., p. 23.
Au cinquième chapitre de Candide, on lit : «Je demande très humblement pardon à Votre Excellence, répondit Pangloss encore plus poliment, car la chute de l’homme et la malédiction entraient nécessairement dans le meilleur des mondes possibles.»

Source : Robichaud, David et Patrick Turmel, la Juste Part. Repenser les inégalités, la richesse et la fabrication des grille-pains, Montréal, Atelier 10, coll. «Documents», 1, 2012, 97 p., p. 23.

Au cinquième chapitre de Candide, on lit : «Je demande très humblement pardon à Votre Excellence, répondit Pangloss encore plus poliment, car la chute de l’homme et la malédiction entraient nécessairement dans le meilleur des mondes possibles.»

09 12 / 2013

Source : Foglia, Pierre, «Rideau de douche», la Presse, 7 décembre 2013.

Source : Foglia, Pierre, «Rideau de douche», la Presse, 7 décembre 2013.

Étiquette(s) :

Permalien 1 note